Rocky Horror Picture Show, The
1 7 5
5

The Rocky Horror Picture Show

G.-B. 1975. Comédie musicale de Jim Sharman avec Tim Curry, Susan Sarandon, Barry Boswick. Par une nuit d'orage, deux jeunes gens trouvent refuge chez un savant créateur d'un colosse musclé. Salade hybride d'éléments disparates des classique du cinéma d'horreur et de science-fiction. Départ prometteur et inventif. Gags répétitifs. Mise en scène inégale. Interprétation d'ensemble assez réussie. (sortie en salle: 24 décembre 2008)

Général Général
The Rocky Horror Picture Show
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Comédie musicale
Durée : 105 min.
Réalisation : Jim Sharman
Scénario :
Photographie : Peter Suschitzky
Montage : Graeme Clifford

G.-B. 1975. Comédie musicale de Jim Sharman avec Tim Curry, Susan Sarandon, Barry Boswick. Par une nuit d'orage, deux jeunes gens trouvent refuge chez un savant créateur d'un colosse musclé. Salade hybride d'éléments disparates des classique du cinéma d'horreur et de science-fiction. Départ prometteur et inventif. Gags répétitifs. Mise en scène inégale. Interprétation d'ensemble assez réussie. (sortie en salle: 24 décembre 2008)

L’avis de Mediafilm

G.-B. 1975. Comédie musicale de Jim Sharman avec Tim Curry, Susan Sarandon, Barry Boswick. Par une nuit d'orage, deux jeunes gens trouvent refuge chez un savant créateur d'un colosse musclé. Salade hybride d'éléments disparates des classique du cinéma d'horreur et de science-fiction. Départ prometteur et inventif. Gags répétitifs. Mise en scène inégale. Interprétation d'ensemble assez réussie. (sortie en salle: 24 décembre 2008)

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Dolor y gloria Dolor y gloria
Mediafilm

Esp. 2019. Drame psychologique de Pedro Almodovar avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz. Classement: Général.


La présentation à la cinémathèque d'un de ses plus grands films incite un réalisateur à se réconcilier avec l'acteur principal, après 32 ans de brouille. Devenu accro à l'héroïne pour soigner diverses douleurs chroniques, le cinéaste est sujet à des rêveries où il revisite son enfance.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!