Opération infiltration
1 7 4
4

Opération infiltration (BlacKkKlansman)

É.-U. 2018. Comédie dramatique de Spike Lee avec John David Washington, Adam Driver, Jasper Paakkönen. En 1978, un policier noir gagne par téléphone la confiance du Ku Klux Klan qui le croit blanc, puis envoie aux réunions du groupe un collègue juif qui se fait passer pour lui. Mélange hardi de comédie loufoque et de film à message. Ensemble divertissant et percutant, mais pas toujours subtil. Réalisation vive et assurée. Bons interprètes. (sortie en salle: 10 août 2018)

13 ans + (langage vulgaire) 13 ans + (langage vulgaire)

Genre : Comédie dramatique
Durée : 128 min.
Réalisation : Spike Lee
Scénario :
Photographie : Chayse Irvin
Musique : Terence Blanchard
Montage : Barry Alexander Brown

En 1978, Ron Stallworth devient le premier Afro-Américain engagé par la police de Colorado Springs. Pour sa première assignation, il doit infiltrer une association d'étudiants noirs, qui a invité le conférencier Stokely Carmichael, ex-membre influent des Black Panthers. Ce soir-là, Ron prend pleinement conscience de la condition de ses frères et soeurs de couleur aux États-Unis. Décidé à faire un coup d'éclat, le flic téléphone au chapitre local du Ku Klux Klan, en se faisant passer pour un blanc raciste. Le directeur, Walter Beachman, demande à le rencontrer. Flip Zimmerman, un collègue juif de Ron, est alors chargé de se faire passer pour lui et de prendre sa place aux réunions du groupe. La situation se complique quand le policier noir reçoit la mission d'assurer la protection du président du Klan, l'aspirant politicien David Duke, en visite au Colorado.

L’avis de Mediafilm

Le réalisateur de MALCOLM X et GET ON THE BUS propose un mélange hardi de comédie et de film à message dans cette adaptation du livre de Ron Stallworth. Car tout incroyable qu'elle soit, cette histoire loufoque a bel et bien eu lieu. En revanche, c'est sur un ton presque trop solennel que sont reconstitués certains discours des leaders noirs de l'époque. Mis en scène avec verve et assurance, le récit ne s'embarrasse guère de subtilité ni de rigueur, l'essentiel pour Spike Lee étant de dénoncer haut et fort une situation du passé qui perdure au présent. De fait, par le biais du personnage de David Duke, le réalisateur et ses coscénaristes en profitent pour décocher des flèches à Donald Trump, qui aurait repris selon eux des slogans du chef suprémaciste. Fils de l'interprète de Malcolm X, John David Washington cabotine allègrement dans le rôle de Stallworth. (Texte rédigé en mai 2018, dans le cadre du Festival de Cannes - Compétition officielle)

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

31 décembre 2018, 15:22:19

Comiques et divertissant pour la majorité du film, la fin est décevante. Je ne peux pas trop jugé car c'est inspiré d'une histoire vraie, mais j'ai été déçu, un film surévalué. Adam Driver est encore une fois, très bon. J.D. Washington est un peu trop acclamé par la critique pour sa performance honnête mais pas si incroyable.

1 7 4

J'attribue à ce film la Cote 4

01 janvier 2019, 13:17:03

Par: Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

Bien d'accord. Divertissant, mais Spike Lee a fait mieux comme MALCOLM X.

J'attribue à ce film la Cote 4

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Impetus Impetus
Mediafilm

Can. 2018. Film d'essai de Jennifer Alleyn avec Pascale Bussières, Emmanuel Schwartz, Jennifer Alleyn. Classement: Général.


Une cinéaste en peine d'amour entreprend la production d'un film inspiré de ce thème. Prenant du retard et disposant d'un budget très modeste, elle se résout à faire de douloureux compromis, allant même jusqu'à changer de comédien en plein milieu du tournage.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!