Ouija - L'origine du mal
1 7 4
4

Ouija - L'origine du mal (Ouija - Origin of Evil)

É.-U. 2016. Drame d'horreur de Mike Flanagan avec Elizabeth Reaser, Annalise Basso, Lulu Wilson. À la suite d'une séance de spiritisme avec une planche de Ouija, une fausse médium constate que sa fille cadette est sous l'emprise d'un esprit maléfique. Antépisode réussi d'une franchise inspirée d'un jouet Hasbro. Effets-chocs efficaces. Réalisation élégante aux éléments vintage. Interprétation convaincante. (sortie en salle: 21 octobre 2016)

13 ans + (horreur) 13 ans + (horreur)
Ouija - Origin of Evil
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame d'horreur
Durée : 99 min.
Réalisation : Mike Flanagan
Scénario :
Photographie : Michael Fimognari
Musique : The Newton Brothers
Montage : Mike Flanagan
Pays : États-Unis
Distributeur : Universal
Interprètes : Elizabeth Reaser
Annalise Basso
Lulu Wilson
Henry Thomas
Parker Mack
Doug Jones
Kate Siegel

Los Angeles, 1967. Alice boucle ses fins de mois en offrant à une clientèle crédule des séances de spiritisme bidon. À la suggestion de sa fille et complice Paulina, la veuve au chômage achète une planche de Ouija afin d'appâter davantage de clients. Au cours d'une séance, Alice découvre avec stupéfaction que Doris, sa cadette, communique avec les esprits. Pour vrai! Cependant, le comportement de l'enfant se fait de plus en plus étrange. L'ayant surprise à écrire un journal en polonais, Paulina montre sa prose au frère Tom, le directeur de leur école. Après avoir fait traduire le journal, celui-ci conclut que Doris est sous l'emprise d'un esprit maléfique. Pis encore, la petite famille découvre que sa maison est hantée. Le frère Tom fera tout en son pouvoir pour les délivrer du mal.

L’avis de Mediafilm

Il est rare qu'une suite s'avère plus réussie que son modèle, surtout dans le domaine du film d'horreur. C'est pourtant le cas de cet efficace antépisode d'une franchise inspirée d'un jouet Hasbro. Campé dans la même maison que l'épisode original, mais près de 50 ans plus tôt, OUIJA - ORIGIN OF EVIL relate l'histoire de la famille dont deux des membres tourmentaient un groupe d'amis en 2012. Reposant sur un scénario classique de maison hantée, le film met d'abord l'accent sur le drame familial en exploitant de façon émouvante les thèmes du deuil et de la résilience, étoffant du coup les personnages. Ponctuée d'effets-chocs efficaces et de moments de silence angoissants, la réalisation élégante de Mike Flanagan (OCULUS) emprunte avec bonheur des éléments vintage, comme l'ancien logo de Universal et les repères de changement de bobine sur la pellicule. Au sein d'une distribution convaincante se démarque la petite Lulu Wilson dans le rôle de Doris, ange maléfique qui donne froid dans le dos.

Texte : Manon Dumais

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Énorme Énorme
Mediafilm

Fr. 2019. Comédie de Sophie Letourneur avec Jonathan Cohen, Marina Foïs, Jacqueline Kakou.


Une pianiste de concert tombe involontairement enceinte par la faute de son mari et agent qui, à 40 ans, s'est découvert un soudain désir de paternité. Arborant un ventre anormalement gros, l'artiste dépassée voit son conjoint vivre sa grossesse par procuration.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!