Alita - Ange conquérant
1 7 4
4

Alita - Ange conquérant (Alita - Battle Angel)

É.-U. 2018. Science-fiction de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Keean Johnson. En 2563, dans un monde postapocalyptique, un savant rafistole et ranime une cyborg au passé de superguerrière, en lui donnant l'apparence et le nom de sa fille défunte. Adaptation enlevante et spectaculaire d'un manga de Yukito Kishiro. Récit guère innovant. Impressionnante virtuosité technique. Héroïne synthétique extraordinairement fascinante et émouvante. (sortie en salle: 15 février 2019)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)
Alita - Battle Angel
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Science-fiction
Durée : 122 min.
Réalisation : Robert Rodriguez
Scénario :
Photographie : Bill Pope
Musique : Junkie XL
Montage : Stephen E. Rivkin
Pays : États-Unis
Canada
Argentine
Argentine
Distributeur : 20th Century Fox
Interprètes : Rosa Salazar
Christoph Waltz
Keean Johnson
Jennifer Connelly
Mahershala Ali
Jackie Earle Haley
Ed Skrein
Jorge Lendeborg
Idara Victor

En 2563, dans un monde postapocalyptique, le docteur Dyson Udo trouve dans le dépotoir de la glauque Iron City le tronc d'une cyborg. Après lui avoir greffé de nouveaux membres de métal, il lui donne le visage et l'identité d'Alita, sa fille handicapée morte tragiquement. Se réveillant sans aucun souvenir de son passé, la créature mi-humaine mi-machine retrouve rapidement ses réflexes de superguerrière experte en arts martiaux, à la moindre menace. Ses dons extraordinaires attirent l'attention de Vector, grand organisateur de tournois de motorball, un populaire jeu de sport extrême. Ce puissant homme d'affaires, associé à l'intrigante ex-épouse de Dyson, est également habité de manière intermittente par l'esprit du puissant maître de la riche cité de Zalem, qui flotte au-dessus d'Iron City.

L’avis de Mediafilm

Synthèse de la captation de mouvement de l'athlétique Rosa Salazar (MAZE RUNNER), de la douce voix de la comédienne et de la magistrale conception numérique d'un visage fin aux grands yeux à la Minifée hyper-expressifs, Alita est une héroïne extraordinairement fascinante et émouvante. Il s'agit du reste de l'atout principal de cette adaptation du manga "Gunmm" de Yukito Kushiro. Certes, la réalisation robuste, enlevante et spectaculaire du coscénariste Robert Rodriguez (SIN CITY) satisfait pleinement d'un point de vue technique, en dépit de motifs visuels cyberpunk empruntés, notamment à MAD MAX FURY ROAD et BLADE RUNNER 2049. Mais de la part de James Cameron (TERMINATOR, AVATAR), initiateur du projet et scénariste en chef, on pouvait s'attendre à un récit plus innovant, non à une sage reconduction de clichés propres au genre. Les enjeux dramatiques sont flous, la quête identitaire de la protagoniste manque de profondeur et son amourette avec un gentil voyou des villes est étonnamment fleur bleue. L'émotion est plus palpable dans les scènes entre Alita et son énigmatique "Gepetto", campé par un Christof Waltz exceptionnellement chaleureux... et en terrains connus (BIG EYES).

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!