Possession d'Hannah Grace, La
1 7 5
5

La Possession d'Hannah Grace (The Possession of Hannah Grace)

É.-U. 2018. Drame d'horreur de Diederik van Rooijen avec Shay Mitchell, Grey Damon, Kirby Johnson. Employée de nuit dans une morgue, une ex-policière combat l'esprit maléfique présent dans le cadavre d'une adolescente, victime d'un exorcisme qui a mal tourné. Variations peu inspirées sur des thèmes usés du genre. Des incohérences. Tension dramatique maintenue. Décor froid et sinistre assez bien exploité. Jeu solide de S. Mitchell. (sortie en salle: 30 novembre 2018)

13 ans + (horreur) 13 ans + (horreur)

Genre : Drame d'horreur
Durée : 86 min.
Réalisation : Diederik van Rooijen
Scénario :
Photographie : Lennert Hillege
Musique : John Frizzell
Montage : Stanley Kolk
Jake York
Pays : États-Unis
Distributeur : Columbia
Interprètes : Shay Mitchell
Grey Damon
Kirby Johnson
Louis Herthum
Nick Thune
Stana Katic
Jacob Ming-Trent

Policière à Boston, Megan Reed fige devant le criminel qui abat son partenaire. Après avoir démissionné puis sombré dans l'alcool, la jeune femme se reprend en main et obtient un poste de nuit à la morgue d'un hôpital. Un soir, elle prend livraison du corps lacéré, désarticulé et partiellement carbonisé d'une adolescente nommée Hannah Grace. La lecture des empreintes digitales et la prise de photographies du cadavre s'avérant bizarrement inefficaces, Megan se tourne vers son ex-petit ami, également policier. Celui-ci lui apprend qu'Hannah est en fait décédée depuis trois mois, des suites d'un exorcisme qui a mal tourné. Et selon le père de la jeune fille, qui a tenté en vain d'incinérer le corps en s'introduisant par la ruse dans la morgue, l'esprit maléfique est toujours à l'oeuvre. Mais ses mises en garde ne sont pas entendues. De sorte que l'entité se met à tuer les employés des deux sexes pour réparer le corps mutilé d'Hannah. Surmontant ses peurs, Megan décide de l'affronter et de la neutraliser.

L’avis de Mediafilm

Coscénariste des séries télé "Scream" et "Teen Wolf", Brian Sieve propose ici des variations peu inspirées sur le genre usé du film d'exorcisme et de possession démoniaque. Des incohérences se profilent tout au long du récit, reposant sur la prévisible rédemption d'une héroïne traumatisée, dont l'infortune reflète commodément celle de la jeune fille sacrifiée. Rarement terrifiant ou surprenant, avec ses effets-chocs exécutés sans grande conviction, le film maintient pourtant une efficace tension dramatique. Il faut dire que le décor froid et sinistre de la morgue est habilement exploité par le réalisateur néerlandais Diederik Van Rooijen, surtout connu pour ses publicités de Volkswagen, Heinenken et McDonald's. Dans le rôle principal, Shay Mitchell ("Pretty Little Liars") s'avère très solide, tandis que dans celui d'Hannah, Kirby Johnson (ou sa doublure) se livre à d'impressionnantes contorsions physiques entre deux regards glaçants.

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!