Drapeaux de papier, Les
1 7 4
4

Les Drapeaux de papier

Fr. 2018. Drame psychologique de Nathan Ambrosioni avec Noémie Merlant, Guillaume Gouix, Sébastien Houbani. Après avoir purgé une peine de douze ans de prison, un trentenaire tempétueux débarque chez sa soeur, caissière timide menant une vie modeste, et qui caresse de vagues rêves artistiques. Exploration torturée de dynamiques familiales explosives. Prémisse forte, étirée en longueur. Mise en scène assurée, parfois maniérée. Direction photo très maîtrisée. Excellents interprètes. (sortie en salle: 28 juin 2019)

Général Général
Les Drapeaux de papier
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame psychologique
Durée : 102 min.
Réalisation : Nathan Ambrosioni
Scénario :
Photographie : Raphaël Vandenbussche
Montage : Nathan Ambrosioni
Pays : France
Distributeur : K-Films Amérique
Interprètes : Noémie Merlant
Guillaume Gouix
Sébastien Houbani
Jérôme Kircher
Anne Loiret
Alysson Paradis

Après avoir passé douze ans en prison, Vincent, 30 ans, débarque chez sa soeur Charlie, de six ans sa cadette. Entre le bagarreur fort en gueule, ivre de liberté, et la jeune caissière timide, qui caresse de vagues rêves artistiques, les rapports deviennent vite explosifs.

L’avis de Mediafilm

Écrit, monté et réalisé par Nathan Ambrosioni, 19 ans, ce film est clairement l'oeuvre d'un émule de Xavier Dolan, tant dans l'exploration torturée des dynamiques familiales que dans la direction de comédiens en mode "acting out". Or, si la prémisse est forte, son traitement accuse des longueurs. Et bien qu'assurée, la mise en scène abuse de certains effets de mode.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Dolor y gloria Dolor y gloria
Mediafilm

Esp. 2019. Drame psychologique de Pedro Almodovar avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz. Classement: Général.


La présentation à la cinémathèque d'un de ses plus grands films incite un réalisateur à se réconcilier avec l'acteur principal, après 32 ans de brouille. Devenu accro à l'héroïne pour soigner diverses douleurs chroniques, le cinéaste est sujet à des rêveries où il revisite son enfance.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!