Midsommar - Solstice d'été
1 7 4
4

Midsommar - Solstice d'été (Midsommar)

É.-U. 2019. Thriller de Ari Aster avec Florence Pugh, Jack Reynor, Vilhelm Blongren. Un an après un terrible drame familial, une Américaine accompagne en Suède son petit ami et ses copains étudiants, conviés à une étrange célébration du solstice d'été. Insolite thriller à ciel ouvert. Propension à étirer la sauce. Développements tantôt choquants, tantôt grotesques. Invention formelle et virtuosité technique. F. Pugh habitée. (sortie en salle: 5 juillet 2019)

16 ans + 16 ans +
Midsommar
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Thriller
Durée : 140 min.
Réalisation : Ari Aster
Scénario :
Photographie : Pawel Pogorzelski
Montage : Lucian Johnston
Pays : États-Unis
Distributeur : Entract Films
Interprètes : Florence Pugh
Jack Reynor
Vilhelm Blongren
William Jackson Harper
Will Poulter
Liv Mjönes
Julia Ragnarsson

Un an après avoir vécu un terrible drame familial, une Américaine accompagne en Suède son petit ami et les copains de ce dernier, qui ont été invités à participer à une célébration du solstice d'été dans un village reculé, où se perpétuent des rites païens.

L’avis de Mediafilm

Le réalisateur de HEREDITARY poursuit sa déconstruction du genre horrifique avec un insolite thriller à ciel ouvert, dont la virtuosité technique et l'invention formelle ne vont toutefois pas sans une certaine propension à étirer la sauce. Guère original, le concept de rite païen sacrificiel génère des développements tantôt choquants, tantôt à la limite du grotesque.

Commentaires

05 juillet 2019, 08:17:48

Le nouveau film d'Ari Aster a l'étonnante capacité de s'infiltrer en vous insidieusement. Ici, point besoin de jump scare pour nous faire frisonner. D'ailleurs, l'étrangeté et le malaise prédomine ici sur la peur. Midsommar n'effraie pas ou peu; il trouble et hypnotise beaucoup plus. Tout comme pour Hereditary, son précédent film, la mise en scène est précise, mais cette fois bien plus aérienne. La photographie est sublime et les détails sont si foisonnant qu'une seconde écoute me semble nécessaire. Plusieurs reprochent au film sa trop longue durée. Je ne suis pas de cet avis. Le récit s'installe lentement et la psychologie des personnages est fouillée (enfin!); rien n'est «garoché» à la va-vite, ou souligné à grand trait. L'interprétation est sans faille - Pugh et Reynor (une réelle découverte pour moi que cet acteur vu récemment dans le très ordinaire Kin) en tête - , la musique et la bande-son donne parfois la chair de poule, et certaines images sont absolument fascinantes (je crains d'ailleurs être hanté un moment par quelques-unes d'entre elles..!). Un film à voir donc sans faute, idéalement sur un grand écran. Je ne suis pas convaincu que le film trouvera son public, puisque très loin du cinéma commercial actuel (pas une suite ou un remake), mais j'espère me tromper.

1 7 3

J'attribue à ce film la Cote 3

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Dolor y gloria Dolor y gloria
Mediafilm

Esp. 2019. Drame psychologique de Pedro Almodovar avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz. Classement: Général.


La présentation à la cinémathèque d'un de ses plus grands films incite un réalisateur à se réconcilier avec l'acteur principal, après 32 ans de brouille. Devenu accro à l'héroïne pour soigner diverses douleurs chroniques, le cinéaste est sujet à des rêveries où il revisite son enfance.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!