Docteur Sleep
1 7 4
4

Docteur Sleep (Doctor Sleep)

É.-U. 2019. Drame d'horreur de Mike Flanagan avec Ewan McGregor, Kyliegh Curran, Rebecca Ferguson. Une adolescente et un accompagnateur de patients mourants combattent la meneuse d'une secte, qui se nourrit de leur pouvoir extrasensoriel très rare pour accéder à l'immortalité. Adaptation assez fidèle du roman de Stephen King. Suite satisfaisante de "Shining - L'enfant lumière", mais avec une dynamique différente. Des longueurs. Composition inspirée de R. Ferguson. (sortie en salle: 8 novembre 2019)

13 ans + (violence, horreur) 13 ans + (violence, horreur)
Doctor Sleep
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame d'horreur
Durée : 152 min.
Réalisation : Mike Flanagan
Scénario :
Photographie : Michael Fimognari
Musique : The Newton Brothers
Montage : Mike Flanagan

Poursuivie par une secte, qui se nourrit d'enfants dotés d'un très rare pouvoir extrasensoriel pour accéder à l'immortalité, une adolescente part en quête d'un accompagnateur de patients mourants. Également détenteur de ce don, celui-ci connaît un moyen d'annihiler cette menace.

L’avis de Mediafilm

Déjà familier avec l'univers de Stephen King (GERALD'S GAME), Mike Flanagan offre une suite satisfaisante à l'iconique SHINING de Stanley Kubrick, dont il reproduit à l'identique certains motifs visuels et sonores. Un peu longue, son adaptation du roman paru en 2013 tient néanmoins en haleine et se distingue par la composition inspirée de Rebecca Ferguson.

Commentaires

08 novembre 2019, 08:16:35

Il est évident que Doctor Sleep ne fera pas l’unanimité, autant auprès des fans de Kubrick que de ceux de King. Dommage puisque les qualités sont nombreuses dans la dernière œuvre du réalisateur de Gerald’s Game. D’abord, sa mise en scène inspirée comportant certaines séquences fort ingénieuses, voir même flippantes. Il n’y a pas à dire, Mike Flanagan a les sens de l’image (et du montage, qu’il signe ici)et n’a rien à envier à ses pairs. Impossible également de passer sous silence la superbe photographie de Michael Fimognari (Before I Wake, Ouija – Origin of Evil, aussi de Flanagan), ni l’incroyable travail sonore et la musique très immersive des The Newton Brothers. Côté interprétation, peu de failles, même si j’aurais souhaité un jeu légèrement plus senti de la jeune Kyliegh Curran dans le rôle d’Abra. Pour ce qui est d’Ewan McGregor, il parvient bien à laisser transparaître toute la fragilité du personnage de Dany Torrance. Mais celle qui transperce l’écran à chacune de ses apparitions est Rebecca Ferguson. Sa Rose The Hat, aussi sensuelle que venimeuse nous hypnotise carrément; elle n’est rien de moins que parfaite. Côté scénario, malgré quelques failles (et ellipses plus ou moins convaincantes), il n’en demeure pas moins une adaptation très satisfaisante du roman de Stephen King, mais également un prolongement respectueux du film The Shining de Stanley Kubrick; un travail d’équilibriste qui était loin d’être évident. Et pour peu que le spectateur saura mettre de côté certaines invraisemblances ou facilités scénaristiques, le plaisir de revisiter l’Overlook devrait être un réel bonheur. Il l’a été pour moi, jusqu’à la toute dernière image, et j’ai d’ailleurs hésité un moment à lui mettre une cote. (3) ou (4)? Hmmm, allez, je laisse aller mon cœur plus que ma tête!

1 7 3

J'attribue à ce film la Cote 3

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Irishman, The The Irishman
Mediafilm

É.-U. 2019. Drame de moeurs de Martin Scorsese avec Robert De Niro, Joe Pesci, Al Pacino. Classement: 13 ans + (violence, langage vulgaire).


En 1975, au cours d'un long voyage en voiture avec son mentor, un tueur à gages revisite en pensée les moments marquants de sa carrière dans la pègre, et en particulier, sa relation complexe avec le syndicaliste Jimmy Hoffa.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!