Nadia, Butterfly
1 7 4
4

Nadia, Butterfly

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville. Aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, une nageuse québécoise ayant annoncé sa retraite anticipée subit diverses pressions pour qu'elle renonce à sa décision. Récit initiatique sensible. Thèmes porteurs mais insuffisamment approfondis. Réalisation fluide et maîtrisée. Jeu naturel d'interprètes non professionnelles. (sortie en salle: 18 septembre 2020)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)
Nadia, Butterfly
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame sportif
Durée : 107 min.
Production : Dominique Dussault
Réalisation : Pascal Plante
Scénario :
Photographie : Stéphanie Weber-Biron
Montage : Amélie Labrèche
Pays : Canada (Québec)
Distributeur : Maison 4:3
Interprètes : Katerine Savard
Pierre-Yves Cardinal
Ariane Mainville
Hilary Caldwell
Cailin McMurray
Marie-Josée Turcotte

Une nageuse québécoise de 23 ans décide d'arrêter la compétition après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. La médaille de bronze qu'elle remporte au relais par équipe accentue le malaise qui s'est installé depuis l'annonce de sa décision, jugée irréfléchie par son entourage.

L’avis de Mediafilm

Ce récit initiatique sensible signé Pascal Plante (LES FAUX TATOUAGES) pose un regard inusité sur le lien complexe, ambigu, qui relie l'athlète à sa passion. Malgré certains thèmes restés en surface, l'ensemble séduit par son ambition, sa grande maîtrise technique et le naturel des comédiennes principales, de véritables athlètes sans expérience de jeu.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!