Climb, The
1 7 3
3

The Climb

É.-U. 2019. Comédie de Michael Angelo Covino avec Michael Angelo Covino, Kyle Marvin, Gayle Rankin. Au fil des ans, la relation complexe d'un séducteur égocentrique et de son ami d'enfance, un individu bon et faussement naïf. Récit d'amitié riche et rafraîchissant. Ellipses saisissantes et parfois ingénieuses. Mise en scène pleine d'aisance. Plans séquences très élaborés. Interprétation réjouissante. (sortie en salle: 26 février 2021)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)
The Climb
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Comédie
Durée : 94 min.
Réalisation : Michael Angelo Covino
Scénario :
Photographie : Zach Kuperstein
Musique : Martin Mabz
Jon Natchez
Montage : Sara Shaw
Pays : États-Unis
Distributeur : Métropole Films Distribution
Interprètes : Michael Angelo Covino
Kyle Marvin
Gayle Rankin
Judith Godrèche
Talia Balsam
George Wendt

Durant une randonnée en vélo dans le sud de la France en compagnie de son ami Kyle, Michael lui avoue, du bout des lèvres, qu'il a couché avec sa fiancée. Cette révélation inattendue marque un point tournant dans la relation complexe qui unit ce séducteur égocentrique et son ami d'enfance, un individu bon et faussement naïf. Au point de teinter les décisions qui seront prises par les deux hommes au cours des dix années suivantes.

L’avis de Mediafilm

Au nombre des plaisirs que procure cet irrésistible premier long métrage d'un Américain francophile, il y a, pour le spectateur québécois, celui d'entendre dans la bande sonore les chansons "Oui paraît-il" de Nicole Martin et "Les enfants de l'avenir" d'Isabelle Pierre. Coup de coeur du jury de la section Un certain regard à Cannes en 2019, ex aequo avec LA FEMME DE MON FRÈRE de Monia Chokri, THE CLIMB a pour point de départ le court métrage éponyme du réalisateur et comédien Michael Angelo Covino, tourné en 2017 dans les environs de Nice. Également écrit avec sa covedette, l'attachant et candide Kyle Marvin, le scénario du présent film enrichit en terre américaine la réflexion - à la fois décalée et réaliste - des auteurs sur les aléas de l'amitié masculine. En révéler davantage sur le déroulement de cette chronique, aux ellipses parfois vertigineuses, priverait le spectateur de bien des surprises drolatiques. Covino met le tout en scène avec une aisance admirable, dans une suite de plans séquences très élaborés. Seul bémol: la présence de courts intermèdes musicaux d'une fantaisie forcée, qui n'ajoutent rien de significatif à l'ensemble.

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!