Possesseur
1 7 3
3

Possesseur (Possessor)


samedi 22 mai à 02h30 | CRAVE


G.-B. 2020. Science-fiction de Brandon Cronenberg avec Andrea Riseborough, Jennifer Jason Leigh, Tuppence Middleton. Capable de s'immiscer dans la peau des autres grâce à une technologie de pointe, une tueuse à gages se retrouve prisonnière du corps qu'elle a emprunté pour éliminer sa prochaine victime. Intrigue mystérieuse, quasi abstraite. Réflexion angoissante sur les potentialités de la technologie. Mise en scène expérimentale. Effets horrifiques efficaces. Interprètes habités. (sortie en salle: 2 octobre 2020)

En attente de classement En attente de classement
Possessor
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Science-fiction
Durée : 102 min.
Réalisation : Brandon Cronenberg
Scénario :
Photographie : Karim Hussain
Musique : Jim Williams
Montage : Matthew Hannam

Tasya Vos travaille comme tueuse à gages au sein d'une agence secrète qui exécute des contrats pour des clients fortunés. Son mode opératoire est toujours le même: grâce à une technologie neurologique de pointe, elle s'immisce dans le corps d'une autre personne pour effectuer ses assassinats à distance, depuis la "salle d'opération" de l'agence. Mais la procédure n'est pas sans conséquences sur son état mental, ainsi que sur sa vie privée. La situation se corse davantage quand, au cours d'une mission, Tasya se retrouve prisonnière du corps qu'elle a emprunté.

L’avis de Mediafilm

Si le fils de David Cronenberg (VIDEODROME, CRASH) s'intéresse également aux récits confrontant le corps humain à la technologie, il n'en trace pas moins son propre chemin. Après ANTIVIRAL, Brandon Cronenberg revient avec un nouveau thriller de science-fiction mieux maîtrisé, dont l'intrigue, à la limite de l'abstraction, en déconcertera plus d'un. Passionnante, cauchemardesque, sa méditation glaçante sur les potentialités de la technologie est portée par une mise en scène expérimentale, des images superbes et des effets horrifiques viscéraux, créés sans recours au numérique. Soulignons enfin les performances habitées et inquiétantes des interprètes.

Texte : Apolline Caron-Ottavi

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!