Capharnaüm
1 7 3
3

Capharnaüm (Capernaum)

Lib. 2018. Drame de Nadine Labaki avec Zain Al Rafeea, Yordanos Shiferaw, Boluwatife Treasure Bankole. Détenu pour tentative de meurtre, un gamin libanais poursuit ses parents en cour pour l'avoir mis au monde. Plaidoyer rageur pour les droits des enfants. Structure narrative habile, plaçant le spectateur sur le qui-vive. Réalisation vériste. Bagout et naturel hors du commun du petit Z. Al Rafeea. (sortie en salle: 1 février 2019)

13 ans + 13 ans +
Capernaum
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame
Durée : 120 min.
Réalisation : Nadine Labaki
Scénario :
Photographie : Christopher Aoun
Musique : Khaled Mouzanar
Montage : Konstantin Bock
Laure Gardette
Pays : Liban
France
États-Unis
États-Unis
Distributeur : Métropole Films Distribution
Interprètes : Zain Al Rafeea
Yordanos Shiferaw
Boluwatife Treasure Bankole
Kawthar Al Haddad
Haita Izam
Fadi Kamel Youssef
Alaa Chouchnieh
Nadine Labaki

Détenu pour tentative de meurtre, un gamin libanais explique à la Cour pourquoi il veut poursuivre ses parents. Son histoire concerne sa petite soeur, le fils du propriétaire, un fabricant de faux papiers, une immigrée clandestine éthiopienne et le bébé de celle-ci.

L’avis de Mediafilm

La réalisatrice de ET MAINTENANT ON VA OÙ? frappe fort avec ce plaidoyer pour les droits des enfants, qui pose un regard sévère sur la société libanaise dont elle est issue. Par sa structure narrative habile - alternance de courtes scènes de procès et de longs flashbacks -, le film place constamment le spectateur sur le qui-vive, les événements mentionnés au tribunal demeurant trop généraux pour anticiper en quelles circonstances et à travers quels protagonistes ils se produiront plus tard dans le récit. Ce qui génère de nombreux moments d'inquiétude et fausses pistes. Optant pour un ton vériste et une réalisation de proximité, Nadine Labaki signe une oeuvre puissante, âpre, sans concession, en rupture définitive avec le joli et esthétisant CARAMEL qui l'a fait connaître il y a dix ans. Doté d'un bagout et d'un naturel hors du commun, le petit Zein Al Rafeea crève l'écran et déchire le coeur. (Texte rédigé en mai 2018, dans le cadre du Festival de Cannes - Compétition officielle)

Texte : Louis-Paul Rioux

Commentaires

23 mars 2019, 22:39:27

On comprend la révolte du garçon envers ses parents, en même temps qu'il y a quelques nuances dans le portrait du couple. Mais c'est en effet une très mauvaise idée de faire d'autres enfants dans ces conditions de vie. Le petit Zein Al Rafeea porte le film sur ses épaules dans un rôle d'enfant truculent. Il joue en même temps le rôle d'un adulte dans une société ne donnant aucune chance. La musique parfois appuyée ne vient pas gâcher la portée dramatique de l'ensemble.

1 7 3

J'attribue à ce film la Cote 3

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Varda par Agnès Varda par Agnès
Mediafilm

Fr. 2019. Documentaire de Agnès Varda. Classement: Général.


À 90 ans, Agnès Varda passe en revue sa filmographie, ses expériences de photographe ainsi que ses récentes incursions en arts visuels. C'est également pour elle l'occasion d'évoquer son passé féministe et sa relation complice avec son défunt époux, le cinéaste Jacques Demy.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!