Cours du soir
1 7 6
6

Cours du soir (Night School)

É.-U. 2018. Comédie de Malcolm D. Lee avec Kevin Hart, Tiffany Haddish, Megalyn Echikunwoke. Contraint de finir son secondaire en cours du soir, un chômeur souffrant de troubles d'apprentissage entreprend de dérober les réponses de l'examen final. Récit de rédemption bien intentionné, mais pétri de clichés. Gags puérils. Personnages caricaturaux. Réalisation brouillonne. Cabotinage généralisé. (sortie en salle: 28 septembre 2018)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)
Night School
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Comédie
Durée : 111 min.
Réalisation : Malcolm D. Lee
Scénario :
Musique : David Newman
Montage : Paul Millspaugh
Pays : États-Unis
Distributeur : Universal
Interprètes : Kevin Hart
Tiffany Haddish
Megalyn Echikunwoke
Keith David
Taran Killam
Anne Winters

Vendeur de BBQ, Teddy Walker vit au-dessus de ses moyens afin d'impressionner sa nouvelle fiancée Lisa. Ayant entraîné la perte du commerce en y mettant accidentellement le feu, il se retrouve sans emploi et criblé de dettes. À contrecoeur, il retourne à l'école secondaire en cours du soir pour obtenir son diplôme. Comble de malheur, le directeur de l'école n'est autre que Stewart, jadis son souffre-douleur. Souffrant de troubles d'apprentissage, Teddy convainc ses condisciples de dérober avec lui les réponses de l'examen final. Découvrant le pot aux roses, Stewart et Carrie, leur dévouée et coriace professeure, leur mèneront la vie dure jusqu'à la fin de l'année. Pendant tout ce temps, Lisa croit que Teddy voit une autre femme.

L’avis de Mediafilm

Écrit par Kevin Hart et cinq scénaristes, ce récit de rédemption repose sur de bonnes intentions. On y salue le dévouement des enseignants, tout en dénonçant les carences du système scolaire. On y traite du droit à la dignité et au respect pour tous, dans une célébration de l'esprit communautaire. Hélas!, NIGHT SCHOOL se révèle pétri de clichés et peuplé de personnages caricaturaux, tous plus embarrassants les uns que les autres. De la mère de famille à l'immigrant mexicain en passant par le détenu violent, tous font figure de demeurés. Pour ajouter au supplice du spectateur, qui trouvera peu de matière à rire dans cette avalanche de gags puérils, la réalisation brouillonne au montage confus de Malcolm D. Lee (SCARY MOVIE 5, GIRLS TRIP) exaspère, tout autant que le cabotinage généralisé.

Texte : Manon Dumais

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!