4

Jeune Juliette

Can. 2019. Comédie dramatique de Anne Émond avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Antoine Desrochers. Une adolescente frondeuse et en surpoids s'imagine vivre une idylle avec le meilleur ami de son grand frère. Récit d'apprentissage drôle et touchant, aux données partiellement autobiographiques. Réalisation vivante, sans effort de recherche de style. A. Jamieson excellente dans le rôle-titre. (sortie en salle: 9 août 2019)

Général Général
Mediafilm

Genre : Comédie dramatique
Année : 2019
Durée : 97 min.
Réalisation : Anne Émond
Scénario : Anne Émond
Photographie : Olivier Gossot
Musique : Vincent Roberge
Montage : Alexandre Leblanc
Pays : Canada (Québec)
Distributeur : Maison 4:3
Interprètes : Alexane Jamieson
Léanne Désilets
Antoine Desrochers
Robin Aubert
Gabriel Beaudet
Christophe Levac
Stéphane Crête
Myriam Leblanc
Tatiana Zinga Botao
Karl Farah

Une adolescente frondeuse s'imagine vivre une idylle avec un copain de son grand frère, pendant que sa seule amie en pince secrètement pour elle. Déstabilisée par des insultes sur son poids, la jeune fille détourne sa colère sur un gamin autiste qu'elle garde à l'occasion.

L’avis de Mediafilm

Connue pour sa démarche stylistique exigeante (NUIT # 1, LES ÊTRES CHERS, NELLY), Anne Émond se fait ici plus accessible dans sa mise en scène toute simple d'un récit d'apprentissage classique, néanmoins imprégné des émotions qu'elle a vécues à l'âge ingrat. Drôle, touchant, l'ensemble est porté par le charisme et l'intensité de la nouvelle venue Alexane Jamieson.

Revue de presse

Accessible, mais pas anodin pour autant

Charles-Henri Ramond (Films du Québec)

Léger et divertissant, le portrait de Juliette, rouquine rebelle à la recherche d’amour et de reconnaissance, propose des modèles positifs et inspirants, portés par des thèmes universels. Ils sont abordés au travers d’un récit aux accents véristes oscillant entre drôlerie et émotion.

Quelques Souvenirs de ma jeunesse

Martin Gignac (Voir)

La tête dans les nuages et les deux pieds sur terre. C’est la meilleure façon de décrire ce film pop aux couleurs acidulées, au montage rythmé et aux formes éclatées, peuplé de personnages exubérants et de répliques pince-sans-rire.

Inattendu et remarquable

Marc-André Lussier (La Presse)

Magnifiquement dialogué, parsemé aussi de scènes qui font rire sans jamais forcer le trait, le récit est visiblement nourri de la propre expérience d’une cinéaste qui semble prendre ici une douce revanche sur sa propre adolescence.

A Different Kind of Quebec Coming-of-Age Comedy

T’Cha Dunlevy (The Gazette)

Alexane Jamieson is a revelation in the role of Juliette, a young high school student who doesn’t fit in anywhere, especially gym class. (...) Colourful, kooky and cool, JEUNE JULIETTE is a delight that deserves your time and attention.

Le Droit au rêve pour Juliette

Jérôme Delgado (Le Devoir)

Alexane Jamieson porte le film sur ses épaules d’un bout à l’autre. Son jeu si naturel s’exprime autant dans la colère que dans les scènes intimes ou cocasses. Elle est, ou était, un «trésor caché», qualificatif attribué à un moment à sa Juliette.

La Vie ne vire pas toujours au drame

Éric Moreault (Le Soleil)

La réalisatrice s’est (...) amusée à recréer l’esprit des films qui ont marqué son adolescence (surtout (...) FERRIS BUELLER): écrans séparés, écriture rouge à l’écran, etc. Ces clins d’œil sont parfois un peu abusif, mais pas assez pour devenir lassant.

Une Bouffée d’air frais

Gérard Grugeau (24 Images)

(...) JEUNE JULIETTE est un feel-good movie qui se laisse regarder avec plaisir, passant par toute la gamme des émotions pour défricher le chemin de l’émancipation. D’autant plus que le jeu tout en finesse de la jeune comédienne qui interprète Juliette (...) aimante le regard et frappe constamment juste.