4

Super Flic
(Hot Fuzz)

G.-B. 2007. Comédie policière de Edgar Wright avec Simon Pegg, Nick Frost, Jim Broadbent. Un officier de police londonien trop zélé au goût de ses collègues est muté dans un village où se produisent des meurtres étranges. Délirante parodie des films policiers hollywoodiens située dans un cadre pittoresque et champêtre. Humour chargé de références culturelles et cinématographiques. Réalisation énergique. Montage percutant. Interprétation truculente. (sortie en salle: 20 avril 2007)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)
Mediafilm

Genre : Comédie policière
Année : 2007
Durée : 121 min.
Réalisation : Edgar Wright
Pays : Grande-Bretagne
Distributeur : Alliance Vivafilm
Interprètes : Simon Pegg
Nick Frost
Jim Broadbent
Timothy Dalton
Paul Freeman
Stuart Wilson

Un officier de police londonien trop zélé au goût de ses collègues est muté dans un village paisible. Mais peu après son arrivée, des meurtres étranges se produisent. Il soupçonne alors un propriétaire de supermarché, qui a toutefois un alibi en béton.

L’avis de Mediafilm

Les auteurs de SHAUN OF THE DEAD troquent les zombies pour les flics de choc hollywoodiens dans cette délirante parodie au cadre pittoresque et champêtre délicieusement décalé. La réalisation est très énergique et l'interprétation truculente à souhait.

Revue de presse

Crime-Movie Spoof

Derek Elley (Variety)

Third theatrical feature by young English helmer Edgar Wright, teaming again with SHAUN OF THE DEAD actors Simon Pegg and Nick Frost, comes up with a sustained genre parody that's equally funny but (maybe in deference to the genre) much more pumped up. (...) The sly comedy, paragraphed at regular intervals by machine-gun editing inserts, moseys along in a style similar to SHAUN OF THE DEAD for the first hour, though without the laid-back, couch-potato tone that reflected that movie's characters. Pegg is very good at this kind of double-take humor sans the double take, and his chemistry with Frost (which later morphs into a parody of buddy movies) seems effortless.

Irrepressible Fun

Peter Bradshaw (The Guardian)

HOT FUZZ tackles a new movie genre - actually, and crucially, two movie genres - and mixes in plenty of gags. This is the world of crime and cops. Some may feel that there was more mileage and dramatic ingenuity in zombies, but for me the Wright/Pegg/Frost team make up for this with plenty of irrepressible fun, an interestingly sophisticated sense of the fictional differences between British and American crime - and big, regular laughs.

Bon cop, bad cop

Kevin Laforest (Voir)

À la réalisation, Wright recrée parfaitement le style visuel tape-à-l'oeil à la Michael Bay, et les scènes d'action de SUPER FLIC, à peine plus outrancières que celles qui les ont inspirées, sont véritablement enlevantes. On y rit quand même aussi beaucoup, grâce à l'hilarante dynamique d'abord antagoniste puis pratiquement homo-érotique entre Pegg et Frost. Le film bénéficie aussi d'une épatante distribution de soutien incluant, entre autres, Bill Nighy, (...) Timothy Dalton et Jim Broadbent, qui offrent tous des performances réjouissantes. Ainsi, que vous vouliez rigoler ou voir un film d'action explosif, SUPER FLIC est à la hauteur.

Un Régal

Michaël Augendre (Ici)

L'équipe de SHAUN OF THE DEAD remet ça! Cette fois, c’est l’histoire d’un flic londonien ultra rigoureux (Simon Pegg) qui se retrouve, contre son gré, dans un village perdu en Angleterre. Particularité: ce village «idéal» cache des secrets peu enviables alors que les morts violentes se succèdent. Notre super flic va se mettre au boulot... SUPER FLIC n’a qu’un seul défaut: il est trop long. L’intrigue tarde à démarrer malgré tous les moments franchement comiques qui ponctuent le film. Celui-ci d’ailleurs se termine dans une explosion finale hilarante parodiant avec délice les œuvres à la BADBOYS. Un régal.

Homage/Satire of Police Flicks

Kevin Crust (Los Angeles Times)

One thing that distinguishes the movie from its American counterparts such as the SCARY MOVIE series or its related spawn is an insistence on telling a story. Whereas the U.S. movie parodies are content to string together gags, often without so much as a segue, Wright and Pegg are storytellers who weave their naughty bits into genuine characters and a plot. It's a ridiculous plot, but one that's absolutely in the spirit of the films they're satirizing. There is also a sense that they have genuine affection for these movies and are not so much ridiculing them as paying homage.