4

L' Art du mensonge
(The Good Liar)

É.-U. 2019. Thriller de Bill Condon avec Ian McKellen, Helen Mirren, Russell Tovey. Avec l'aide d'un complice, un vieil arnaqueur entreprend de vider le compte en banque d'une riche veuve repérée sur un site de rencontres. Adaptation élégante du roman de Nicholas Searle. Récit pas toujours convaincant, mais assez prenant. Panorama anglais très typé. Bonne tension dramatique. Jeu raffiné et intelligent de I. McKellen et H. Mirren. (sortie en salle: 15 novembre 2019)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)
Mediafilm

Genre : Thriller
Année : 2019
Durée : 109 min.
Réalisation : Bill Condon
Scénario : Jeffrey Hatcher

D'après le roman de Nicholas Searle.
Photographie : Tobias A. Schliessler
Musique : Carter Burwell
Montage : Virginia Katz
Pays : États-Unis
Distributeur : Warner Bros.
Interprètes : Ian McKellen
Helen Mirren
Russell Tovey
Jim Carter
Nell Williams
Jóhannes Haukur Jóhannesson

Arnaqueur de carrière aux manières raffinées, Roy Courtnay fait la connaissance de Betty McLeish par le biais d'un site de rencontres. Veuve depuis un an, cette dernière lui signifie d'entrée de jeu qu'elle recherche davantage un ami qu'un amoureux. Feignant un mal de genou chronique, Roy parvient à se faire inviter chez la septuagénaire, qui habite une coquette maison en banlieue de Londres. Avec l'aide de son fidèle complice, qui se fait passer pour un conseiller financier, l'escroc entreprend de vider le compte en banque de sa riche proie. Mais le petit-fils de cette dernière, féru d'histoire européenne, lui donne du fil à retordre.

L’avis de Mediafilm

La première confrontation à l'écran de Ian McKellen et Helen Mirren, deux monstres sacrés du cinéma britannique, confère beaucoup de classe et d'intelligence à cette adaptation du roman de Nicholas Searle. Les faux-semblants et les blessures du passé sont traités avec élégance et émotion dans un récit assez prenant, quoique pas toujours convaincant. De fait, un flashback crucial durant le dernier droit laisse perplexe, tant par son contenu que par sa mise en scène. Au point que le savant édifice narratif érigé par les auteurs risque alors de s'écrouler. Bill Condon, le réalisateur de GODS AND MONSTERS et MR. HOLMES (également avec le magistral McKellen) imprime néanmoins à son film une bonne tension dramatique et met à profit des panoramas anglais très typés.

Texte : Louis-Paul Rioux