3

Ford contre Ferrari
(Ford v Ferrari)

É.-U. 2019. Drame sportif de James Mangold avec Christian Bale, Matt Damon, Caitriona Balfe. Dans les années 1960, la compagnie Ford développe une voiture de course dans le but de rivaliser avec la firme italienne Ferrari aux 24 heures du Mans. Évocation captivante d'un exploit sportif et humain. Coulisses corporatives navrantes. Fin un peu étirée. Réalisation nerveuse. Performances savoureuses de C. Bale et M. Damon. (sortie en salle: 15 novembre 2019)

Général Général
Mediafilm

Genre : Drame sportif
Année : 2019
Durée : 152 min.
Réalisation : James Mangold
Scénario : Jez Butterworth
John-Henry Butterworth
Jason Keller
Photographie : Phedon Papamichael
Musique : Marco Beltrami
Buck Sanders
Montage : Michael McCusker
Andrew Buckland
Pays : États-Unis
Distributeur : 20th Century Fox
Interprètes : Christian Bale
Matt Damon
Caitriona Balfe
Jon Bernthal
Noah Jupe
Tracy Letts
Josh Lucas
Ray McKinnon
Remo Girone
Jack McMullen
JJ Feild
Corrado Invernizzi

Détroit, début des années 1960. Henry Ford II lance un ultimatum à ses cadres et employés. S'ils ne trouvent pas une solution pour relancer la vente d'automobiles et renouveler l'image de la compagnie fondée par son grand-père, il fermera boutique. Le responsable de la publicité Lee Iacocca propose alors de tenter l'aventure de la course automobile, en partenariat avec la firme Ferrari, qui serait justement en vente. Piqué au vif par Enzo Ferrari, qui a rejeté avec mépris son offre d'achat au profit de Fiat, Ford donne le feu vert à Iacocca, pour concevoir en un temps record un bolide capable de vaincre le constructeur italien aux 24 heures du Mans. Seul Américain à avoir remporté cette prestigieuse compétition, l'ingénieur Carroll Shelby est désigné comme maître d'oeuvre de l'ambitieux projet. Il recrute son ami Ken Miles, un pilote et mécanicien anglais extrêmement doué et intrépide, qui ne fait toutefois pas l'unanimité chez Ford.

L’avis de Mediafilm

Hormis un dénouement étiré et deux ou trois entorses historiques, cette évocation d'un exploit sportif et humain captive, amuse et indigne en égale mesure. Bien écrit, le scénario regorge de répliques juteuses et de développements familiaux tantôt drolatiques, tantôt émouvants. Les coulisses corporatives de l'aventure sont aussi bien illustrées. Car il est avéré que Shelby et Miles ont dû combattre sur deux fronts: les pilotes de Ferrari et les cadres obtus chez Ford. La mise en scène assurée de James Mangold (WALK THE LINE, LOGAN) est tendue et nerveuse, en piste et hors piste. Très complices à l'écran, Christian Bale et Matt Damon offrent des performances riches et savoureuses. En épouse de pilote ferme mais compréhensive, Caitriona Balfe ("Outlander") est parfaite, tout comme Josh Lucas, dans le rôle du vilain de l'histoire. Enfin, Tracy Letts (LADY BIRD) campe un truculent et imposant Henry Ford II.

Texte : Louis-Paul Rioux