4

Charlotte a du fun

Can. 2018. Comédie dramatique de Sophie Lorain avec Marguerite Bouchard, Romane Denis, Rose Adam. Humiliée par les garçons avec qui elle travaille, une adolescente décomplexée entraîne ses collègues féminines dans une grève du sexe. Peinture générationnelle exaltante. Approche ouverte et franche de la sexualité adolescente. Quelques invraisemblances. Réalisation frontale. Excellents interprètes. (sortie en salle: 2 mars 2018)

13 ans + 13 ans +
Mediafilm

Genre : Comédie dramatique
Année : 2018
Durée : 89 min.
Réalisation : Sophie Lorain
Scénario : Catherine Léger
Photographie : Alexis Durand-Brault
Musique : Dazmo
Sari Dijani
Pierre-Luc Rioux
Rudy Toussaint
Marc-André Sauvageau
Montage : Louis-Philippe Rathé
Pays : Canada (Québec)
Distributeur : Les Films Séville
Interprètes : Marguerite Bouchard
Romane Denis
Rose Adam
Alex Godbout
Vassili Schneider
Anthony Therrien
Claudia Bouvette

Charlotte mélange l'amour et le sexe, mais fait mine d'en savoir plus que les autres sur le sujet. Jusqu'à ce que son petit ami la quitte. En pleine crise sentimentale, l'adolescente se tourne vers ses amies Mégane et Aube, qui l'aident à se changer les idées. Dans la foulée, les trois copines décrochent un emploi saisonnier chez Jouets Dépôt, un magasin à grande surface où travaillent déjà plusieurs cégépiens qu'elles trouvent attirants. Dans cet environnement propice au libertinage, Charlotte flirte avec l'un, puis avec l'autre, ignorant que les gars ont parié sur leurs chances de passer par son lit. Le chat sort du sac le soir du party de l'Halloween. Humiliée, Charlotte entraîne ses amies et collègues féminines dans une grève du sexe. Mais ce faisant, elle fait la sourde oreille aux avances de Guillaume, un camarade pourtant bien intentionné.

L’avis de Mediafilm

En cette ère de rectitude politique, et dans la foulée du mouvement #moiaussi, CHARLOTTE A DU FUN a l'effet d'une bouffée d'air frais. Imaginez une sorte d'Aurélie Laflamme licencieuse au pays de TU DORS NICOLE. Un entre-deux âges rarement illustré au cinéma, qui se distingue (entre autres) par son approche franche de la sexualité des adolescentes et l'absence quasi totale de personnages adultes. Sophie Lorain (LES GRANDES CHALEURS) a l'oreille fine et le coeur à la bonne place. Ses milléniaux sont justes, leurs mots sonnent vrai. Le scénario de la dramaturge Catherine Léger ("Voiture américaine", "Filles en liberté"), met en évidence leurs valeurs, leurs perceptions du monde, leurs modes de communication, en quête de points de contact bien plus que de points de rupture. La réalisation vivante, fortifiée par la photographie frontale en noir et blanc, donne du caractère à un film sur l'importance d'en avoir. On lui reprochera cependant certains développements peu crédibles et une galerie un peu trop blanche pour être, en 2018, totalement représentative. Cependant, tous les interprètes sont excellents.

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

La collectionneuse

Manon Dumais (Le Devoir)

"À mi-chemin entre les chastes comédies d’ados à la PRETTY IN PINK de John Hugues et le cru DIARY OF A TEENAGE GIRL de Marielle Heller, entre les papillons contre lesquels se bat Aurélie Laflamme et l’approche provocante de Larry Clark (KIDS), cette proposition originale du tandem Léger-Lorain offre une réflexion frontale et sensible sur le désir féminin. Une réflexion qui s’avère plus que pertinente et nécessaire à l’ère du mouvement #MeToo."

Bien joué!

Marc-André Lussier (La Presse)

"CHARLOTTE A DU FUN est un film d'où est extirpée toute envolée dramatique. Ce film est dénué aussi de toute prétention sociale et n'a que faire de l'avis des spécialistes en tous genres."

Un film d'ados rafraîchissant

Maxime Demers (Le Journal de Montréal)

"La réussite de CHARLOTTE A DU FUN repose en grande partie sur le jeu pétillant des trois jeunes actrices qui, avec leur fougue et leur énergie, ont apporté beaucoup de naturel à leurs personnages."

Charlotte a du fun... et ce n'est pas un problème

Jules Couturier (Séquences)

"CHARLOTTE A DU FUN est un film sur les jeunes, pour les jeunes, très respectueux envers eux. Malgré le noir et blanc de ses images, Lorain a une vision lumineuse de ses sujets."