5

Buffy, tueuse de vampires
(Buffy, the Vampire Slayer)

É.-U. 1992. Comédie fantaisiste de Fran Rubel Kuzui avec Kristy Swanson, Donald Sutherland, Luke Perry. Transformée en tueuse de monstres par un étrange individu, une adolescente affronte une horde de morts-vivants. Récit parsemé de nombreuses incohérences. Humour sans surprise. Quelques bons moments satiriques. Réalisation énergique quoique brouillonne. Interprétation inégale.

Mediafilm

Genre : Comédie fantaisiste
Année : 1992
Durée : 98 min.
Réalisation : Fran Rubel Kuzui
Pays : États-Unis
Distributeur : 20th Century Fox
Interprètes : Kristy Swanson
Donald Sutherland
Luke Perry

Afin de contrer les ravages d'une bande de vampires nouvellement installés en Californie, un étrange individu prénommé Merrick décide de transformer Buffy, une adolescente un peu frivole, en tueuse de monstres. Avec difficultés, il parvient à la convaincre de l'existence de ces vampires, pour ensuite l'astreindre à un entraînement rigoureux. Durant sa première mission, Buffy sauve la vie de Pike, un garçon solitaire et rebelle, qui devient alors son compagnon. Lorsque Merrick est tué par Lothos, le chef des vampires, Buffy et Pike doivent affronter seuls la horde de morts-vivants qui s'abat sur leurs amis durant le bal de fin d'année scolaire.

L’avis de Mediafilm

Il existe déjà plusieurs comédies à base de vampirisme dont l'action se situe dans le milieu étudiant, notamment LOST BOYS, VAMP et FRIGHT NIGHT. Cette nouvelle variation ne se démarque guère du reste. L'humour y est sans surprise et les gags atteignent rarement leur cible, malgré quelques bons moments satiriques sur les moeurs étudiantes. Les éléments de parodie de films d'horreur laissent quant à eux une impression de déjà vu. La réalisation ne manque pas d'énergie, mais elle demeure trop brouillonne pour compenser les nombreuses incohérences dont le récit est parsemé. Des interprètes de valeur comme Donald Sutherland et Rutger Hauer donnent la réplique à des nouveaux venus dont le talent reste encore à prouver.

Texte : Martin Girard